Dénutri, en surpoids ou obèse?

L’obésité est une pandémie. La prévalence de l’obésité a presque triplé au niveau mondial entre 1975 et 2016. Le monde actuel « s’obésifie », et la tendance ne semble pas à la baisse. On sait aujourd’hui que tous les âges sont touchés.

L’obésité correspond à un excès de masse grasse. Ce tissu graisseux va se modifier dans son aspect, sa répartition et sa présence va associer des anomalies pour la santé pouvant réduire l’espérance de vie

Pourquoi devrait on s’en préoccuper ?

Toute la planète aujourd’hui est concernée par le surpoids et l’obésité. En 2016, les données de l’Organisation Mondiale de la Santé montrent que 39% des adultes sont en surpoids et 13% sont obèses, soit plus de 1.9 milliards de sujets adultes concernés.

D’autre part, on connait les risques médicaux augmentés chez l’adulte croissants avec l’obésité : le diabète de type 2, l’hypertension artérielle, les anomalies du cholestérol, le foie gras et inflammé (la stéatohépatite), l’athérosclérose, la maladie rénale chronique, les cancers, les dysfonctions hormonales chez l’homme et la femme, les maladies respiratoires comme l’apnée du sommeil.

Il faut par ailleurs souligner le retentissement psychologique et social de la maladie dans une société très axée sur le culte soit de la minceur ou des rondeurs pour l’acceptation ou comme marqueur d’ascension sociale.

L’obésité de l’enfant

Il a été mis en évidence que les enfants ayant une histoire familiale d’obésité ont tendance à être à leur tour obèse. Cette obésité au cours de l’enfance est conservée à l’âge adulte. Les complications liées à l’obésité se développent tôt au cours de l’enfance avec l’émergence de pathologies multiples et précoces qui peuvent entrainer une mort prématurée à un âge jeune étant adulte.

Quelques chiffres

Selon l’OMS, plus de 340 millions d’enfants et d’adolescents âgés de 5 à 19 ans étaient en surpoids ou obèses en 2016. En 2019, l’OMS a retrouvé que 38 millions d’enfants de moins de 5 ans étaient en surpoids ou obèses. 86 % des enfants obèses dans le monde vivent dans des pays à revenus faibles ou intermédiaires, selon le rapport 2019 conjoint de l’UNICEF, de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et de la Banque mondiale.

Mesure de l’obésité et classification : IMC

Photo de Andres Ayrton: https://www.pexels.com/fr-fr/photo/sain-bras-femme-casser-6551407/

Il existe plusieurs indices pour estimer la masse graisseuse. La mesure du tour de taille et le rapport tour taille/ tour de hanches peuvent être utilisés pour évaluer l’obésité abdominale. La mesure de l’épaisseur du pli cutané est aussi utile est aussi un indicateur de l’adiposité.

https://www.has-sante.fr/upload/docs/application/pdf/2018-10/ref_aps_surpoids_obesite_vf.pdf

Pour les enfants

Avant l’âge de 2 ans, il existe des courbes standards estimant le poids et la taille idéale pour un âge correspondant. Ces courbes sont utilisées par les pédiatres pour évaluer la croissance des nourrissons.

Pour les parents, en cas de suspicion d’obésité ou de dénutrition de votre enfant quel que soit son âge, il est impératif de se référer à son pédiatre ou au médecin en charge de l’enfant

L’indice de masse corporelle, IMC

https://www.inserm.fr/dossier/obesite/

L’indice de masse corporelle, IMC (= poids/(taille x taille), est devenu la mesure clinique standard acceptée pour estimer le surpoids et l’obésité pour les enfants de 2 ans et plus et les adultes.

La classification surpoids et obésité

L’OMS a établi des normes de croissance pour l’enfant qui prennent en compte la taille, le poids en fonction de l’âge et du sexe.

Que faire?

Voici quelques conseils du Dr Chocolat dans l’émission BONJOUR SANTE sur Canal +

Tags:

3 thoughts on “Dénutri, en surpoids ou obèse?

  1. Le descriptif plus qu’alarmant que l’on retrouve dans le texte ne peut que pousser celui qui le lit à aller regarder la vidéo afin d’être édifié sur « le que faire » pour éviter ce fléau ou pour en sortir.
    Merci Dr Chocolat pour cette approche.
    Je n’ai pas de questions particulières je tenais juste à vous encourager et à vous dire merci.

  2. Les chiffres sont alarmants. Malheureusement de nos jours quand bien même vous essayez de vous battre contre l’obésité le premier frein reste votre entourage.
    Meri pour le partage et courage a vous dans cette lutte.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.